Le livre est une porte vers le savoir et la connaissance

Apparu il y a des centaines d’années, le livre est un objet fascinent. Son pouvoir de transmission du savoir est indéniable par rapport à la parole. Ne dit-on d’ailleurs pas « les écrits restent, les paroles s’en vont » ?

Le livre relié et écrit à la main

C’est l’invention de l’écriture qui a d’abord permis cette prise de conscience. Inconvénient : il fallait alors écrire à la main et recopier un très grand nombre de fois son contenu pour transmettre au plus grand nombre cette connaissance. Les livres étaient de plus reliés, c’est à dire cousu à la main. Autant vous dire que la tâche était fastidieuse, longue et couteuse.

Le livre broché imprimé par des machines

L’invention de l’impression par Gutenberg fut un pas de géant : l’édition et la duplication de livre a été grandement facilité ! D’abord mécanique, via le recours à une presse imprégnée d’ancre, l’impression s’est ensuite dotée de techniques plus poussées, pour arriver à l’imprimante que nous connaissons aujourd’hui. Pour autant, le format a traversé les âges, car il s’agit toujours des livres au format broché qui paraissent en premier ! La raison est simple et d’une logique imparable : les coûts de fabrication sont bas, et la technique très répandue dans les maisons d’édition.

Demain, des livres principalement numérique ?

L’essor des liseuses a encres numérique semblent sonner le glas des livres brochés. Les coûts de fabrication sont quasiment nuls, puisqu’il s’agit uniquement de diffuser son roman dans la catalogue de la liseuse pour bénéficier d’un affichage entièrement numérique, sur un écran fonctionnant à l’encre digitale. Si les livres classiques, au format papier et notamment broché ou poche ont toujours de belles années devant eux, le passage au tout numérique paraît inévitable. Seul le temps pourra nous dire si cet accès à la connaissance et à la culture que représente le livre va radicalement changer, comme l’apparition d’internet a déjà bouleversé la pratique de l’éducation.